╰ Chapitre 2 - Play. ╮




Une sonnerie stridente le tira en sursaut de son sommeil. Owen s'était pourtant juré de ne pas fermer l'½il. Il avait réussi à veiller plusieurs heures, mais sa fatigue l'avait emporté malgré toute sa volonté.
La veilleuse rouge clignotait frénétiquement face à lui.
Bizarrement, la vision de l'ampoule lui paraissait différente. Elle lui semblait plus...Proche.
Il fronça les sourcils, l'alerte résonnant dans sa cellule l'empêchant de réfléchir correctement. De plus, une douleur lancinante irradiait son corps, prenant pour départ un endroit précis dans son cou.
Il se redressa en position assise contre le mur, haletant.
Une silhouette se profila devant la lumière de l'ampoule. Il l'observa silencieusement, jusqu'à ce qu'elle s'avance vers lui.
Owen se mit à paniquer, cherchant à fuir cette personne inconnue.
Il se sentait mou, vidé de toute énergie. Il regarda à nouveau le nouvel arrivant. C'était un homme, lui semblait-il.


- Queschhquch..., grommela-t-il, à bout de force.
- Laisse toi faire.


L'inconnu glissa un bras sous les aisselles d'Owen, et le souleva sur les pieds, avant de le tirer hors de sa cellule. Il le laissa tomber au sol sans ménagement, puis s'assit sur ses genoux, avant de poser fébrilement les doigts sur sa puce. Il resta silencieux, avant de retirer sa main et de soupirer.


- La puce s'est calmée. Tu as mal...Owen ? Interrogea-il en tirant sur sa veste, lisant son prénom sur un morceau de tissu cousu sur le devant du manteau.


- Non, grogna le concerné en se dégageant, méfiant.
- Pourquoi n'as-tu pas suivi ce que disait l'enregistrement ? Tu tiens à mourir ?
- Je me suis endormi...J'ai pas entendu, expliqua Owen en se passant une main sur le visage.


L'homme qui venait probablement de lui sauver la vie soupira, puis se releva.


- Ethan, se présenta-t-il en tendant sa main vers Owen.


Il la saisit, s'en aidant pour se relever. Il se sentait nettement mieux.
Debout aux côtés de son sauveur, Owen l'observa. Il le dépassait de plusieurs centimètres. Il avait des yeux bruns légèrement dorés, et des cheveux châtains en batailles. Les traits doux, marqués et virils, mais une mâchoire carrée. Owen devina une musculature importante sous ses vêtements militaires.
Ethan le surprit pendant son analyse.


- Oui ? Sourit-il.
- Je ressemble à quoi ? Questionna le jeune homme, légèrement hésitant.


Owen avait eu un long frisson de froid dans tout le corps, quand il formula sa question à voix haute. Le Maître lui avait même volé le souvenir de son apparence. Ethan pouvait lui raconter n'importe quoi -qu'il était roux, par exemple-, et il le croirait.


- Tu es brun, avec des cheveux courts, commença son coéquipier. Tu as les yeux...Verts, et tu es plutôt costaud. Tu es plus petit que moi.


Ça, il l'avait vu. Cependant, il ressentit un léger apaisement. Il se représentait à peu près, et il ne sut pas l'expliquer, cela le rassurait. Une autre question lui tarauda l'esprit. Quelles étaient ses origines ? Quelles langues parlaient-ils ?
Il savait qu'Ethan et lui avaient la même.


- Quelle langue parlons-nous ? Enchaîna-t-il.
- Anglais. Enfin je suppose. Ça sonne tout comme.
- Tu te souviens de la sonorité d'une langue ?


Ethan haussa les épaules en se mettant en marche, longeant le couloir vers la droite. Owen le suivit sans le lâcher du regard.


- Je sais que l'anglais possède une jolie sonorité. Et je trouve notre façon de nous exprimer jolie. Alors j'en déduis que c'est de l'anglais.
- Tu peux te tromper.


Ethan acquiesça.


- Ouais. Mais je préfère me définir quelque chose de précis que de rester dans le flou.


Il tourna légèrement le visage vers son interlocuteur.


- Pas toi ?
- Si, souffla Owen, au bout d'un moment.


Le reste du chemin qu'ils effectuèrent se passa dans un silence, seulement perturbé par le son de leurs pas. Leurs grosses chaussures en cuir martelaient le sol bruyamment.
Finalement, ils arrivèrent dans une grande salle illuminée de toutes parts. Owen resta stupéfait. Une trentaine d'hommes se tenaient debout ou assit, contre les murs de briques. Certains échangeaient à voix basse, d'autres restaient seuls et murés dans le silence.
C'est à ce moment précis qu'Owen évalua la gravité de leur situation.
ils étaient tous prisonniers, attendant une aide extérieure qui ne viendra pas.
Y avait-il seulement un extérieur ?


₪ ₪ ₪

Tags : Memories Master - Chapitre 2 - Tom Cruise

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.234.65.78) if someone makes a complaint.

Report abuse